mardi 1 novembre 2016

Fulcanelli : Les demeures philosophales et le mystère des cathédrales - Le voyage alchimique de Patrick Burensteinas - La véritable histoire médiévale en partie révélée - Apocalypse : le Moyen Âge correspond aux églises de Pergame et de Thyatire - Nombre de bons actuellement sur la terre




Planche extraite des Demeures Philosophales


Je n'oublie pas mes articles en préparation sur Civitas, Poutine et les projets de la gnose de réduire la population mondiale mais je suis obligée de faire quelques détours avant de revenir à la politique. Mes lecteurs comprendront bientôt pourquoi.


Fulcanelli

Fulcanelli signifie "volcan solaire" et c'est le pseudonyme d'un kabbaliste Rose-Croix, sataniste de haut niveau, très respecté des gnostiques. Ses livres, Les Demeures philosophales et le Mystère des cathédrales (que j'encourage vivement à télécharger sur les deux liens donnés ci-dessus) ont été un événement très important dans l'histoire de la gnose car pour la première fois, on commençait à dévoiler certains faits aux gnostiques de bas niveau, tout en conservant la langue symbolique, afin d'éviter que les non-gnostiques ne comprennent ce dont il s'agit en réalité, concernant l'alchimie et d'autres symboles sacrilèges. 


Le Mystère des cathédrales

Le Mystère des cathédrales
montre le Moyen Âge sous son aspect kabbaliste. On découvre que les maîtres d'oeuvre des cathédrales étaient kabbalistes, donc satanistes. Les vrais chrétiens seront probablement choqués, en lisant ce livre, de découvrir à quel point le Moyen Âge était en fait complètement gangrené par la gnose. Ce livre démontre longuement que la plupart de nos cathédrales sont en fait des temples isiaques. Mes lecteurs non-gnostiques réaliseront alors qu'on leur a menti, au moins sous cet aspect, et cela les préparera à découvrir d'autres aspects de l'histoire que je révélerai plus tard.

Le symbole du mercure philosophique sur le portail central de Notre-Dame de Paris

Le voyage alchimique de Patrick Burensteinas




On peut également acheter les CD de l'alchimiste Patrick Burensteinas Voyage alchimique (qui viennent d'être mis en ligne sur ces liens : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7) qui sont très bien documentés. Le CD n°2 sur Chartres, son labyrinthe et sa vierge noire est très éclairant sur la nature kabbalistique de la cathédrale de Chartres. 



Labyrinthe de la cathédrale de Chartres




Il faut cependant faire attention que Patrick Burensteinas parle en langue symbolique donc il ne faut pas prendre tout ce qu'il dit pour argent comptant. Il parle d'ailleurs lui-même spontanément de cette langue des alchimistes, nommée langue des oiseaux, dès la vidéo n°1 si mes souvenirs sont exacts. Donc quand il nous parle de Saint Michel, de certains saints ou de Dieu, il nous parle en fait de Lucifer et quand il nous parle du diable, il nous parle du vrai Dieu. 


Mis au point importante avant d'écouter ces vidéos et avant de lire Fulcanelli : la Bible ne comporte pas de texte gnostique.

Quoi que vous disent les alchimistes et autres gnostiques, il faut savoir que les évangélistes et les personnages de la Bible n'étaient pas gnostiques. Quand ils vous parlent des personnages de la Bible en faisant semblant d'être d'accord avec eux, ce sont toujours des mensonges destinés à brouiller les pistes et de plus, ce sont souvent des procédés de langue symbolique pour expliquer leurs idées sacrilèges de façon apparemment honnête. 

Dans l'église d'Ephèse de l'Apocalypse, Jésus dit aux apôtres et aux papes des temps apostoliques : 

"Ecris à l’ange de l’Eglise d’Ephèse : Voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, et qui marche au milieu des sept chandeliers d’or : Je connais tes œuvres, et ton travail, et ta patience ; et je sais que tu ne peux pas supporter les méchants, et que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres, et ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs ; et que tu as de la patience, et que tu as souffert pour mon nom, et que tu ne t’es point lassé." 

Jésus dit donc à Saint Jean qu'aucune erreur n'est passée inaperçue et que tous ont été bien éprouvés et jugés. Jésus a confié sa mère à Saint Jean, sur la croix et Saint Jean était l'apôtre préféré de Jésus et détestait la gnose (cf. ses épîtres anti-gnostiques et la lutte contre les Nicolaïtes). Donc nous pouvons avoir confiance que toute la Bible est exempte de gnose et il ne faut pas se laisser avoir par les propos mensongers des gnostiques sur la Bible.

Patrick Burensteinas est un des spécialistes actuels officiels de la langue symbolique. Il a donné des conférences sur le sujet. Donc tout ce qu'il dit dans ses vidéos est à double sens. Mais elles ont le mérite de montrer à quel point les symboles alchimiques kabbalistes étaient présents dès le Moyen-Âge.


Symbole de la salamandre, représentant la calcination en alchimie, sur le portail central de Notre-Dame de Paris




Rester en paix grâce à l'Apocalypse qui nous donne l'appréciation de Jésus sur le Moyen Âge.


Le Moyen Âge correspond à peu près dans l'Apocalypse à l'Eglise de Pergame qui a débutée en 313, avec l'édit de Constantin et à l'Eglise de Thyatire. 

L'église de Pergame est la troisième période de l'histoire de l'Eglise après l'église d'Ephèse (1ère période correspondant aux temps apostoliques) et l'Eglise de Smyrne (2ème période correspondant aux dix persécutions sous l'Empire romain). L'Eglise de Thyatire suit l'Eglise de Pergame. C'est la quatrième période de l'histoire de l'Eglise. Elle précède l'église de Sardes qui est la cinquième période où nous sommes actuellement. On peut lire la description que Jésus fait de Pergame et Thyatire au chapitre II de l'Apocalypse


Pour l'Eglise de Pergame, commencée en 313, Jésus nous enseigne, Apocalypse II, 12-15 :

"Ecris aussi à l’ange de l’Eglise de Pergame : Voici ce que dit celui qui a l’épée à deux tranchants : Je sais où tu habites, là où est le trône de Satan ; et tu tiens fermement mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, dans les jours où Antipas, mon témoin fidèle, a été mis à mort chez vous, là où Satan habite. Mais j’ai quelque chose contre toi : c’est que tu as là des hommes qui tiennent la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balac à mettre une pierre de scandale devant les fils d’Israël, pour les faire manger et les faire tomber dans la fornication. De même tu en as, toi aussi, qui tiennent la doctrine des Nicolaïtes." 

Les Nicolaïtes sont les gnostiques.

Sous Thyatire, 4ème Eglise de l'Apocalypse, on voit que les choses se gâtent car des gnostiques enseignent officiellement avec la permission des papes, dit Jésus. 

Apocalypse II, 18-20
"Ecris aussi à l’ange de l’Eglise de Thyatire : Voici ce que dit le Fils de Dieu, qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à l’airain : Je connais tes œuvres, et ta foi, et ton amour, et ta patience, et ton ministère et tes dernières œuvres, plus nombreuses que les premières. Mais j’ai quelque chose contre toi ; c’est que tu permets à la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, d’enseigner et de séduire mes serviteurs, pour les faire tomber dans la fornication, et leur faire manger des viandes sacrifiées aux idoles." 




Le Mystère des cathédrales éclaire en partie ces propos de Jésus et commence à nous faire deviner une partie de l'ampleur du complot contre l'Eglise. 


Les 7 sceaux de l'Apocalypse 

Les 7 sceaux de l'Apocalypse sont des événements historiques correspondant aux sept églises des chapitres II et III et permettant de les identifier. Chaque sceau correspond dans l'ordre à une église.(1) 


Les sceaux numéro 3 et 4 : le cheval noir et le cheval pâle.

Aux églises de Pergame et Thyatire correspondent donc respectivement le sceau numéro 3 du cheval noir pour Pergame (famines du Moyen Âge de 585 à 1160) et le sceau numéro 4 du cheval pâle pour Thyatire (peste décimant l'Europe au XIVe siècle). 

On peut lire le texte de ces sceaux au chapitre VI de l'Apocalypse, versets 5 à 8 :

"Et lorsqu’il eut ouvert le troisième sceau, j’entendis le troisième animal qui disait : Viens, et vois. Et voici que parut un cheval noir ; et celui qui le montait avait une balance dans sa main. Et j’entendis comme une voix au milieu des quatre animaux, qui disait : Le litre (deux livres) de blé pour un denier ; et trois livres d’orge pour un denier ; mais ne fais pas de mal au vin ni à l’huile. 




Et lorsqu’il eut ouvert le quatrième sceau, j’entendis la voix du quatrième animal qui disait : Viens, et vois. Et voici que parut un cheval pâle, et celui qui le montait s’appelait la Mort, et l’enfer le suivait ; et le pouvoir lui fut donné sur le quart (les quatre parties) de la terre, pour tuer par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages."




La peste noire, correspondant au quatrième sceau du cheval pâle, a tué entre 30 et 50 % de la population européenne en cinq ans (1347-1352). Jésus explique dans Thyatire à quel point la gnose s'est infiltrée. Le sceau du cheval pâle est un châtiment.

Il y avait beaucoup de mauvais chez les nobles au Moyen Âge car la stratégie des alchimistes kabbalistes était d'initier en premier lieu les chefs, afin de s'assurer la protection des autorités et afin d'assurer également, par l'autorité, l'infiltration progressive du peuple par les idées de la kabbale. Une partie du clergé était gnostique. Au début du Moyen Âge, peu d'entre eux l'étaient mais au fur et à mesure que nous avançons dans le temps, la gnose a contaminé le clergé, spécialement à partir des XII et XIIIe siècles, moment où le clergé gnostique a commencé à enseigner massivement. 

Les noms de ces traîtres seront pour plus tard. 




Il faut rester mesuré et se méfier que certains gnostiques prennent un malin plaisir à présenter l'Eglise comme kabbaliste depuis les temps apostoliques, alors que c'est faux. Il la présentent également comme entièrement kabbaliste au Moyen Âge, ce qui est également un mensonge. Jésus dans l'Apocalypse nous enseigne la vérité et nous montre les bons mélangés aux mauvais.

Fulcanelli, lui, fait assez bien la part des choses, dans le Mystère des cathédrales. Il parle des prêtres ridiculisés à leur insu par des fêtes populaires à signification symbolique sacrilège. 

Nous essayerons de faire peu à peu le tri entre les mensonges gnostiques et la vérité, en nous basant sur des documents historiques. 


Évaluation du nombre de bons actuellement sur terre

Afin de réconforter mes lecteurs non gnostiques qui risquent d'être troublés par ce livre, qu'ils sachent qu'actuellement, il y a dans le monde, d'après des sources gnostiques que je citerai plus tard, un quart de l'humanité ayant l'esprit christique soit 1.8 milliard de personnes, puisque la population mondiale est de 7.5 milliards et 5% de l'humanité aimant vraiment Jésus, donc probablement en état de grâce, soit 380 millions. Mes sources ont déjà quelques années. 

Avoir l'esprit christique, selon les termes d'Anton Lavey, fondateur de l'Eglise de Satan, signifie vouloir être bon et juste avec son prochain même si l'on n'aime pas Jésus et les vrais chrétiens et même si l'on croit qu'ils sont à l'origine des maux de l'humanité, (comme le fait croire la gnose, qui depuis toujours fait endosser à Dieu et aux chrétiens la responsabilité de ses crimes). Il y a de nombreux gnostiques ou sympathisants gnostiques, niveau Walt Disney, souhaitant que tous s'embrassent à la fin, dans un grand élan d'amour fraternel, dans le respect mutuel des diversités d'orientation. Il ne s'agit donc pas de personnes qui aiment Jésus mais de personnes voulant globalement être gentilles et bonnes (sauf avec les chrétiens, le plus souvent).


La tendance actuelle est un retour en masse vers Jésus dénoncé avec inquiétude par plusieurs gnostiques, si j'ai bien compris leurs discours en langue des oiseaux. Jésus est davantage aimé et admiré paradoxalement grâce à certains de ses ennemis qui le présentent comme bon, pur, fort, dans les films ou certains groupes de rap pourtant satanistes. Il est donc probable que le nombre de personnes de bonne volonté a augmenté. Une partie des gens semble dégoûtée de plus en plus par l'hypocrisie et la cruauté gnostique et revient au vrai Dieu dont ils voient l'amour et en la force duquel ils ont confiance. 

Même si nous sommes une minorité, nous ne sommes donc pas seuls sur terre à aimer le vrai Dieu et cela doit nous réconforter et nous encourager à prier les uns pour les autres.


Les Demeures philosophales

Les Demeures philosophales
est un des livres les mieux faits, les plus clairs et les mieux documentés sur l'alchimie, même s'il est encore très verbeux, comme tous les manuels d'alchimie. Ce livre nous sera très utile pour démasquer la gnose car il explique de nombreux symboles. Nous allons peu à peu nous en servir. 

Il est rédigé en langue symbolique donc quand Fulcanelli nous parle de Jésus, nous avons 90% de chances pour qu'il s'agisse de Lucifer (cela dépend du contexte) et quand il nous parle de Saint Jean de façon louangeuse, ne devons pas croire qu'il aime Saint Jean ou que Saint Jean était gnostique. Les gnostiques font semblant de se s'approprier la Bible, Moïse, les patriarches et les apôtres, en particulier l'évangile de Saint Jean et l'Apocalypse en y mettant un sens opposé qu'ils ont inventé et qui leur permet de communiquer entre eux. En apprenant peu à peu la langue symbolique, nous aurons la preuve de cela et nous comprendrons la vérité.

L'alchimie est un pan essentiel de la gnose, quand on a compris ce qui se cache derrière ce nom mensonger et symbolique. Je ne conseille pas à mes lecteurs non gnostiques de lire entièrement ce livre pour le moment mais je leur demande de le télécharger et de le garder précieusement en réserve pour vérifier les citations que j'en ferai et pour le moment où je le décrypterai, lors de la publication de mon étude. 

Note : (1) Apocalypse : Si les sept sceaux correspondent aux sept églises, nous avons vu précédemment que les sept trompettes de l'Apocalypse ne correspondent pas aux sept églises. Les sept trompettes sont des événements historiques qui auront tous lieu pendant la septième église, du temps de l'Antéchrist qui n'est pas pour demain. Voir le grand article sur l'Apocalypse.