lundi 27 juin 2016

Une citation de la Bible pour chaque camp (2) Un diable homicide et menteur contre Jésus affirmant sa divinité.

Représentation sataniste du pentagramme. Ont-ils oublié que le feu, ça brûle ? 
Les gnostiques, aveuglés, préparent leur damnation éternelle.


Citation pour un gnostique :

Saint Jean VIII 44-45

Jésus dit : "Vous avez le diable pour père, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et il n’est pas demeuré dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et père du mensonge. Mais moi, quand je dis la vérité, vous ne me croyez pas." 

Commentaire : 
Jésus met en garde les hommes. Il prévient que Satan est homicide et menteur. La gnose a choisi de faire confiance à un homicide et un menteur.


Citation pour un vrai chrétien non gnostique :
Jean VIII, 51-58 :
En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. Les Juifs lui dirent : Maintenant nous connaissons que vous êtes possédé du démon. Abraham est mort, et les prophètes aussi ; et vous dites : Si quelqu’un garde ma parole, il ne goûtera jamais la mort. Etes-vous plus grand que notre père Abraham, qui est mort, et que les prophètes, qui sont morts aussi ? Qui prétendez-vous être ? Jésus répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites qu’il est votre Dieu. Et vous ne le connaissez pas ; mais moi, je le connais et si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole. Abraham, votre père, a tressailli de joie, désirant voir mon jour ; il l’a vu, et il s’est réjoui. Les Juifs lui dirent : Vous n’avez pas encore cinquante ans, et vous avez vu Abraham ? Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. Ils prirent donc des pierres, pour les jeter sur lui ; mais Jésus se cacha, et sortit du temple.

Commentaire : 
Le verset 58 avant qu'Abraham fut, je suis est l'affirmation claire par Jésus de sa divinité, de son éternité. Le verbe choisi exprime que Jésus n'a pas eu de commencement, à l'inverse d'Abraham. 

Voici comment Fillion le commente :



Fillion était helléniste et supposait que ses lecteurs l'étaient aussi. Il n'est pas aussi clair que le chanoine Crampon. Voici ce que dit Crampon en note de ce verset, dans la Bible de 1923 :
"Fût... je suis : en grec, il y a deux verbes différents. L'un genesthai, se dit des êtres qui arrivent à l'existence dans le temps ; l'autre, eimi, n'indiquant aucun commencement, convient à l'existence éternelle et immuable." 

Conclusion 

Les chrétiens non gnostiques sont dans le camp de Dieu. Comme depuis le début de l'histoire du monde, ils sont ultra-minoritaires. ils sont cependant certains de la victoire car Dieu, par définition, est la Puissance. Les gnostiques, comme toujours depuis que le monde existe, sont ultra-majoritaires mais comme toujours, sans tenir compte des leçons de l'histoire, ils seront mis en échec. Ce qui est aberrant, c'est qu'ils savent que leur démon est homicide et menteur mais ils pensent que pour eux, il fera une dérogation. Ils pensent : cette fois-ci, nous avons réussi à terrasser Dieu, par le sacrilège. Ils savent pourtant, par le raisonnement philosophique, qu'il n'est pas possible de vaincre Dieu car par nature, il est infini. Il a donc une puissance infinie. La lutte de la gnose contre le vrai Dieu, les efforts qu'elle déploie contre lui, sont dérisoires : cela ressemble à un moucheron qui s'attaquerait à un géant. Le géant a la possibilité d'écraser ce moucheron quand il le veut. Il attend encore, par miséricorde. Mais il n'attendra pas indéfiniment car un jour, la miséricorde sera d'envoyer un châtiment exemplaire afin d'arracher le plus possible d'âmes du chemin de l'enfer.