Nullam partem : aucun accord avec le pape tant qu'il n'est pas catholique


Fondements doctrinaux du nullam partem 


avec Rome tant que cette dernière n'est pas parfaitement convertie.



Saint Jean lors de la Cène


Cette page est l'une des plus importante du blog. Elle est mise sous le patronage de Saint Jean qui a puisé sa doctrine directement dans l'amour de Jésus. Il nous affirme : II Jean, 10 : Si quelqu’un vient à vous qui ait une doctrine différente, ne le recevez pas chez vous et ne le saluez même pas. Car celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises. 

(nullam partem = aucune part, aucun accord, ni même aucune discussion avec les francs-maçons (gnostiques) qui gouvernent l'Eglise)

Exode 34, 11 : Dieu dit à Moïse : « Garde-toi de t’allier aux habitants des pays où tu vas, de peur qu’ils ne soient pour toi un piège. Mais vous renverserez leurs autels et briserez leurs idoles … » "

Proverbes, 1, 10-14 : "Mon fils, si les pécheurs cherchent à te séduire fuis leurs caresses."

Romains XVI, 17-18 :
Je vous prie, mes frères de prendre garde à ceux qui causent parmi vous des divisions et des scandales en s'éloignant de la doctrine que vous avez apprise : ayez soin d'éviter leur compagnie. - Car de tels hommes ne servent point Jésus-Christ Notre-Seigneur, mais leurs appétits grossiers; et par des paroles douces et flatteuses ils séduisent les âmes simples. 


Saint Paul aux Galates I, 8-9 :
"Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème!
Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu'un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!"


St Paul à Tite : Tite, III, 10 : "Évite un homme hérétique après une première et une seconde admonition, sachant qu'un tel homme est perverti et qu'il pèche puisqu'il est condamné par son propre jugement."

II Jean 10 : "Si quelqu’un vient à vous qui ait une doctrine différente, ne le recevez pas chez vous et ne le saluez même pas. Car celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises." 

Syllogismes pour savoir s'il faut oui ou non envisager un accord pratique avec la Rome maçonnique et moderniste:

1. Saint Paul aux Galates (I, 8-9) :
"Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème!
Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!"

2. Or ceux qui occupent l'Eglise enseignent un autre évangile que saint Paul et sont donc anathèmes (NB : "anathème" signifie "séparation", dit le concile de Constantinople cf. citation complète ci-dessous).

3. Donc il faut se séparer des autorités qui occupent l'Eglise jusqu'à ce qu'elles enseignent en tous points un évangile identique à celui de saint Paul. Si nous ne nous séparons pas d'elles, alors nous n'appliquons pas l'anathème et donc nous désobéissons à la parole de Dieu révélée qui nous est donnée par Saint Paul.

Autre syllogisme : 

1. St Paul à Tite III, 10 : "Évite un homme hérétique après une première et une seconde admonition, sachant qu'un tel homme est perverti et qu'il pèche puisqu'il est condamné par son propre jugement."

2. Or ceux qui occupent l'Eglise enseignent des hérésies de façon répétée.

3. Donc il faut les éviter car ils sont pervertis. Un accord est impossible avec des gens à éviter selon les conseils de Saint Paul.

Que dit Jésus ? 

1) Il dit, dans l’Evangile de Saint Matthieu (VI, 24) : « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre. […] »
Donc : nul ne peut se soumettre en même temps à Dieu et à un hérétique qui combat contre Dieu. En effet, si nous reconnaissons sur nous l’autorité d’un hérétique, en matière religieuse, par voie de conséquence, nous refusons d'obéir à la doctrine de Jésus et donc cela revient à le trahir, c'est à dire à trahir Dieu, car Jésus mort sur la croix pour nos expier nos péchés est l'unique vrai Dieu.


2) Jésus dit aussi dans l’Evangile de Saint Jean (XVIII, 37) :« Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. »
Donc : nous ne pouvons nous remettre sous l’autorité de ceux qui contrefont la voix de la vérité et qui diffusent une fausse doctrine, tout en protestant de leur amour pour la vérité. On n’obéit pas à ceux qui crucifient Jésus. On ne peut pas à la fois reconnaître l’autorité de la voix de la vérité (Jésus) et reconnaître l’autorité de l’erreur (les gnostiques qui occupent Rome).

3) Jésus dit encore dans l’Evangile de Saint Matthieu (VII, 15). « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.»
Donc : Si, pour obéir à Jésus, nous devons nous garder des faux prophètes, cela signifie que nous ne devons pas les accepter pour chefs. Nous ne devons pas établir une relation d’obéissance vis-à-vis d’un pasteur dont il faut se méfier. 


St Ignace d’Antioche : « Fuyez les hérétiques, ce sont des successeurs du diable qui a réussi à séduire la première femme. » 

Saint Ignace d'Antioche, épître aux Smyrniens p. 209 de ce livre :
[A propos des hérétiques] : "Ce que je vous dit, mes chers frères, non que je doute que vous ayez là-dessus une autre foi que la mienne, mais pour vous avertir de prendre garde à ces bêtes cruelles qui n'ont de l'homme que la figure extérieure. Vous devez non seulement ne leur pas donner entrée chez vous mais les fuir et les éviter pour ne pas même les rencontrer s'il est possible. Il ne vous reste qu'à prier pour eux, quoique leur conversion et leur pénitence soient fort difficiles. Mais Jésus-Christ, notre véritable vie peut aisément changer leur coeur."

Pour que l'on puisse affirmer que les chefs de l'Église sont convertis, il faut que le Pape dénonce précisément les faux saints et les papes gnostiques qui ont gouverné l'Église depuis des siècles, il faut qu'il dénonce la messe kabbaliste et qu'il en change le rite. Il doit notamment supprimer le mélange de la parcelle d'hostie avec le liquide du calice et revoir tous les gestes du prêtre, qui doit officier face au peuple et si possible les mains constamment filmées, de façon qu'il soit impossible de commettre un sacrilège à l'insu des fidèles.