mercredi 7 juin 2017

LA KABBALE AU MOYEN ÂGE : GOD AND THE GODDESSES de Barbara Newman

"Mulier amicta sole", Aurora consurgens, ca. 1420, Zürich, Zentralbibliothek, Codex Rhenoviensis 172, f.29v.


Voici un livre très précieux pour prouver l'extension de la gnose kabbaliste au Moyen Âge. D'un excellent niveau mais en même temps facile à lire, il est écrit en anglais par une universitaire professeur à la Northwestern University, Barbara Newman. Un quart  du livre est constitué de notes et de références. 

Le livre comporte plusieurs illustrations éloquentes, telle l'image ci-dessus, représentant Isis-Vierge noire alchimique pendant le culte kabbaliste sacrilège. Cette image, appelée mensongèrement Mulier amicta sole par le codex Rhenoviensis est une allusion à la femme revêtue de soleil de l'Apocalypse. En réalité, ce n'est évidemment pas la femme de l'Apocalypse, symbolisant la véritable Église chrétienne fondée par Jésus et non le diable isiaque. Mais la gnose mensongère, inspirée par le démon, a repris ce symbole pour déguiser plus commodément Satan-Isis. Nous traduirons certaines explications de l'auteur concernant cette image dans un autre article. Le titre Aurora consurgens, inventé en 1420, est un symbole isiaque car Isis est appelée "Aurore", en langue des oiseaux. Il y a quatre profils facebook francophones associant le mot Aurore et le mot Isis dans leur titre.  Par contre, les anglais étant toujours à la pointe en langue des oiseaux, il y a de nombreux profils associant le mot Aurora et Isis (environ 50).

Mêlant beaucoup de vérités ou demi-vérités et quelques mensonges, l'auteur ne dit évidemment pas crûment que le Moyen Âge adorait majoritairement Isis à partir du XIIe siècle... Mais elle le laisse aisément deviner et enseigne de très nombreux symboles qui nous serviront à décrypter la langue des oiseaux de la kabbale dite "chrétienne". Le but avoué de son livre est de montrer que le "féminin sacré" au Moyen Âge n'était pas une simple allégorie mais une vénération voilée envers une trinité féminine (c'est-à-dire la fausse trinité satanique prenant le visage féminin de la triple déesse Hécate -- un article est en préparation). Barbara Newman réussit brillamment à le montrer, grâce à sa vaste culture.

Parmi les livres que je connais, c'est un des livres qui va le plus loin dans la révélation du Moyen Âge gnostique-kabbaliste et c'est l'un de ceux qui est le mieux documenté. J'ai décidé de faire une rubrique spéciale, dans la colonne de droite de ce blog, qui sera consacrée à ce livre. Nous en traduirons certains passages et nous commenterons certains de ses poèmes et images.

Je conseille à tous ceux qui parlent bien anglais (niveau bac ou plus) de d'acheter ce livre et de le lire, si vous voulez travailler à connaître la vérité sur le Moyen Âge et sur l'Église de cette époque. 

Cet auteur a eu les louanges du Times Literary Supplement et se situe dans le courant qui travaille à révéler en douceur la vérité à la portion minoritaire de la population qui n'est pas encore initiée. 

La gnose officialise peu à peu la vérité afin que l'Église catholique officielle hypocrite soit discréditée, dévoilée et abandonnée des vrais chrétiens horrifiés, des kabbalistes hypocrites qui feront semblant d'être horrifiés et des kabbalistes qui décideront de révéler qui ils sont pour passer à un culte isiaque officiel-messe noire. Cependant, la véritable Église n'est pas morte. Jésus n'a-t-il pas dit dans l'Église de Sardes que les véritables chrétiens seraient réduits à "un reste sur le point de mourir" ? Un reste sur le point de mourir reste toujours un reste et donc il y aura toujours sur terre quelques personnes aimant Jésus, avec lesquelles nous sommes en union, par la vie de la véritable Trinité non isiaque en nous.(1)


Perspectives futures

Je ne me sens pas le droit de présenter ce livre, qui peut être très impressionnant pour les chrétiens non gnostiques, sans donner les perspectives pour l'avenir. En effet, ce livre peut gravement déstabiliser et jeter dans le désespoir, voire faire perdre la foi aux vrais chrétiens qui verront qu'ils ont été trompés, non pas depuis Vatican II, mais depuis des siècles, par une armée d'hypocrites dont beaucoup sont canonisés (voir l'article sur les canonisations qui ne sont pas infaillibles).


Non pas dans ce livre, mais ailleurs, dans des supports que nous étudierons plus tard, la gnose explique en langue des oiseaux qu'il va y avoir dans quelques années une offensive de messes noires publiques afin de prouver la vérité concernant l'Église faussement chrétienne. Puis, quand tout le monde aura compris la vérité et que l'Eglise officielle kabbaliste sera discréditée, on passera un culte ouvertement isiaque. Ce sont les projets de ces satanistes.


Mais c'est compter sans l'arrivée du Saint Pape de l'Eglise de Philadelphie, promis par Jésus. Ce pape ne sera probablement pas élu par les cardinaux, tous mauvais. Ce sera à mon avis un évêque non gnostique qui prendra le pouvoir, une fois que la vérité aura éclaté au grand jour, grâce aux multiples scandales créés volontairement ou dévoilés. 


Bien évidemment, la gnose va probablement tenter auparavant, à son habitude, créer une fausse réaction soi-disant anti-gnostique, kabbaliste en réalité. Il y a des discours gnostiques préparant un faux Saint Pape kabbaliste. Nous en étudierons plus tard dans mon étude, quand je nommerai les coupables. Mais à mon avis, cette fausse réaction n'aura pas vraiment de succès car il me semble que les gens ne s'y laisseront pas prendre, trop d'éléments ayant été dévoilés. Nous ne devons donc pas nous décourager, si nous sommes non gnostiques et que nous aimons Jésus. Jésus aime ceux qui l'aiment et il lui est facile de résoudre la situation. Il peut le faire en un jour. 


Il semble, d'après le 5e sceau de l'Eglise de Sardes, que les justes devront attendre plusieurs années que le Saint Pape arrive et qu'ils soupireront en demandant à Jésus qu'il intervienne. Jésus n'interviendra pas tout de suite et il y aura une persécution, annoncée à la fin du cinquième sceau, pendant laquelle on sera tenté de croire que la vraie religion chrétienne non gnostique est perdue. Il ne faudra pas perdre l'espoir ni la charité. Les prières des justes pour leurs ennemis prépareront les innombrables conversions annoncées pour la période historique suivante, symbolisée par l'Église de Philadelphie. Ces conversions sont annoncées par Jésus, suite au châtiment du sixième sceau


Pour ceux qui ne connaissent pas l'article sur l'Église de Sardes et de Philadelphie, décrivant l'époque que nous vivons et annonçant la prochaine époque de Philadelphie, époque qui sera une véritable résurrection de l'Église non gnostique, ils peuvent aller le lire, pour mieux étudier et ne pas être découragés. L'Apocalypse est l'arme principale que Jésus nous a donnée pour garder espoir. Loin de faire peur, une bonne lecture de ce livre réconforte, donne des arguments, tout en prévenant les vrais chrétiens non gnostiques que cela ne va pas être facile.


Note :
(1) Voici un petit texte sur la vie de Dieu en nous. La lecture de l'Évangile doit être notre réconfort et notre alimentation spirituelle : 

Et tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet, afin qu’il demeure éternellement avec vous : l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit pas, et qu’il ne le connaît pas. Mais vous, vous le connaîtrez, parce qu’il demeurera avec vous, et qu’il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins ; je viendrai à vous. Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus. Mais vous, vous me verrez, parce que je vis, et que vous vivrez. En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, et vous en moi, et moi en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime. Or celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et je l’aimerai aussi, et je me manifesterai à lui. Judas, non pas l’Iscariote, lui dit : Seigneur, d’où vient que vous vous manifesterez à nous, et non pas au monde ? Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles ; et la parole que vous avez entendue n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé, du Père. Je vous ai dit ces choses pendant que je demeurais avec vous. Mais le Paraclet, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas comme le monde la donne que je vous la donne. Que votre cœur ne se trouble pas, et qu’il ne s’effraye pas.