dimanche 19 mars 2017

Deux façons mensongères dont la kabbale révèle le complot. Exposition des différentes stratégies gnostiques. Réfutation des deux mensonges des faux réactionnaires gnostiques. Le christianisme véritable n'est pas gnostique mais la gnose infiltrant l'Eglise n'a pas commencé non plus au XIXe ou au XXe siècle. Elle a commencé au IVe siècle et s'est diffusée peu à peu.

Les langues de vipère kabbalistes


La quasi-totalité des gens qui révèlent le complot maçonnique gnostique kabbaliste sont eux-mêmes des kabbalistes, commandités par la kabbale ou encouragés par la kabbale, afin de récupérer la réaction des non-initiés et d'achever de les perdre. On le voit immédiatement quand on maîtrise la langue des oiseaux et les symboles gnostiques. C'est pourquoi il est capital que les chrétiens non gnostiques apprennent les symboles de la langue des oiseaux pour ne pas se faire tromper et arriver à identifier l'ennemi, sous quelque visage qu'il se présente. Je dénoncerai les principaux chefs de file kabbalistes de cette fausse réaction dans mon étude. 

La kabbale s'est répartie la tâche, afin d'achever de déboussoler la population encore ignorante du complot gnostique et a décidé de faire deux sortes de mensonges, de façon à détacher plus sûrement les gens de Jésus. 


I - Première sorte de mensonge : 
Les gnostiques qui font croire que la religion chrétienne instituée par Jésus et les apôtres était en fait une gnose. 

Ces individus sont souvent des gnostiques plus ou moins officiels. Ils utilisent des faits qui sont vrais, comme le culte des vierges noires isiaques, par exemple, pour faire l'amalgame avec Marie, disant qu'en fait les premiers chrétiens adoraient Cybèle. Saint Jean aurait été un gnostique inspiré, Moïse aurait reçu un enseignement secret kabbaliste etc. 

La vérité est que la gnose, infiltrant la véritable Église, a introduit les vierges noires qui étaient en réalité des représentations d'Isis. Mais cela ne veut pas dire que les apôtres ont voulu qu'on adore Isis déguisée en Marie. La mise en place de la gnose dans l'Eglise s'est faite avec succès uniquement à partir du IVe siècle après Jésus-Christ. Moïse a combattu Isis et les faux dieux des pharaons et n'a reçu aucune gnose. Saint Jean est avec Saint Paul l'apôtre qui a le plus lutté contre la gnose.  


Stratégies gnostiques décrites par Jésus, dans l'Apocalypse.


1) l'Eglise d’Éphèse : de l'an 33 à la première grande persécution

Dès le premier siècle, la gnose avait tenté de s'infiltrer , mais cela avait été sans succès (cf. Simon le magicien et les mises en garde de Saint Jean, Saint Pierre et Saint Paul dans leurs épîtres). L'Apocalypse parle de ces tentatives d'infiltration dans le texte décrivant la première période historique de l'Église, l'Église d’Éphèse :
Apoc. II, 2-6 :

"Je connais tes œuvres, et ton travail, et ta patience ; et je sais que tu ne peux pas supporter les méchants, et que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres, et ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs ; et que tu as de la patience, et que tu as souffert pour mon nom, et que tu ne t’es point lassé. Mais j’ai contre toi que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es déchu, et fais pénitence, et pratique tes premières œuvres. Sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, si tu ne fais pénitence. Cependant, tu as ceci, que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, que moi aussi je hais." 

Les Nicolaïtes sont les gnostiques. Jésus dit que l'Eglise d’Éphèse a réussi à déjouer tous les pièges de la gnose, même si elle s'est refroidie dans la charité.


2) L'Eglise de Smyrne : les dix persécutions, jusqu'en 313.

Pendant la deuxième pério
de de l'histoire de l'Église, correspondant à l'Eglise de Smyrne, la gnose a essayé de lutter contre l'Église du vrai Dieu en tuant les chrétiens. Ces chrétiens n'étaient pas gnostiques, contrairement à ce que veulent nous faire croire certains gnostiques actuels. Il est possible qu'ils aient commencé à se faire infiltrer, mais dans ce cas, c'était une infime minorité qui était gnostique, suffisamment insignifiante pour que Jésus n'en parle pas. La persécution des chrétiens authentiques par la gnose est ainsi décrite par Jésus, dans l'Apocalypse :

Apocalypse II, 8-11 :

"Voici ce que dit le premier et le dernier, qui a été mort et qui est vivant : Je connais ta tribulation et ta pauvreté mais tu es riche ; tu es calomnié par ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont de la synagogue de Satan. Ne crains rien de ce que tu vas souffrir. Voici : le diable jettera quelques uns d’entre vous en prison, afin que vous soyez éprouvés ; et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de la vie."

La synagogue des faux Juifs dont parle Jésus est la kabbale judaïque qui hait Jahvé. C'est la gnose. Jusqu'en 313, date de la fin des persécutions, l'Église n'était donc pas gnostique. Elle n'était pas cybélienne-isiaque.


3) L'Église de Pergame : de 313 à 1000 ou 1097.

Les kabbalistes, voyant qu'on ne pouvait éradiquer la véritable religion par les persécutions, ont décidé alors de l'éradiquer par l'infiltration et l'introduction de
certaines pratiques païennes déguisées sous un culte orthodoxe. Cela a commencé sous l'Église de Pergame, qui a duré de 313, jusque vers 1000 ou 1097. On sait en effet, par l'étude des sept sceaux de l'Apocalypse, événements historiques correspondant dans l'ordre aux sept églises de l'Apocalypse, que la troisième Église de Pergame, correspondant au troisième sceau, est caractérisée par les famines. Les sceaux nous permettent de découper les périodes historiques, en fonction des événements qu'ils décrivent. 1097 est la date de la dernière famine du Moyen-Âge, un peu isolée des autres. Je ne sais donc pas s'il faut l'inclure ou non dans Pergame, mais cela n'a pas beaucoup d'importance. 

Apocalypse, II, 12-15 :


"Ecris aussi à l’ange de l’Eglise de Pergame : Voici ce que dit celui qui a l’épée à deux tranchants : Je sais où tu habites, là où est le trône de Satan ; et tu tiens fermement mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même dans les jours où Antipas, mon témoin fidèle, a été mis à mort chez vous, là où Satan habite. Mais j’ai quelque chose contre toi : c’est que tu as là des hommes qui tiennent la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balac à mettre une pierre de scandale devant les fils d’Israël, pour les faire manger et les faire tomber dans la fornication. De même tu en as, toi aussi, qui tiennent la doctrine des Nicolaïtes."

Les Nicolaïtes sont les gnostiques. La gnose enseigne l'impureté (fornication). Les gnostiques kabbalistes, appelés Nicolaïtes, commencent donc à pourrir l'Église sous Pergame.


4) L'Église de Thyatire : de 1000 ou 1097à 1500.


L'action de la gnose s'est amplifiée par la suite sous l'Église de Thyatire, caractérisée par le 4e sceau de la peste. Jésus accuse les papes d'installer les gnostiques aux postes d'enseignement :

"Je connais tes œuvres, et ta foi, et ton amour, et ta patience, et ton ministère et tes dernières œuvres, plus nombreuses que les premières. Mais j’ai quelque peu de choses contre toi ; c’est que tu permets à la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, d’enseigner et de séduire mes serviteurs, pour les faire tomber dans la fornication, et leur faire manger des viandes sacrifiées aux idoles. Je lui ai donné du temps pour qu’elle fît pénitence, et elle ne veut pas se repentir de sa fornication"


La gnose prend donc les chaires et enseigne de façon généralisée dans l'Église à partir de l'an 1000 ou 1097 environ. Grâce à l'épidémie de peste, élément principal du 4e sceau associé la famine et aux guerres, on peut fixer la période historique de Thyatire. On sait également qu'au début de Thyatire, il y a une période de relative prospérité (âge d'or du 13e siècle) décrite par cette phrase : Je lui ai donné du temps pour qu’elle fît pénitence. On peut donc voir à peu près les dates de cette église grâce à ces repères.

5) L'Église de Sardes : de 1500 à actuellement.

Nous sommes actuellement dans la cinquième église dite de Sardes, correspondant au 5e sceau caractérisé
par les persécutions. (voir le grand article sur l'Apocalypse pour davantage de précisions sur notre époque, correspondant la la trahison des autorités de l'Église qui sont dites en état de péché mortel par Jésus. Cette Église a commencé en 1500 environ, avec les guerres de religions.)

Apocalypse III,1-2

"Je connais tes œuvres ; tu passes pour être vivant, et tu es mort. Sois vigilant, et affermis ce qui reste et qui est près de mourir ; car je ne trouve pas tes œuvres pleines devant mon Dieu. Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu et retiens-le, et fais pénitence"

Les papes sont donc en état de péché mortel depuis cette période, même les canonisés, d'après Jésus. Nous allons donc devoir réexaminer très attentivement Pie V (+ 1572) et Pie X (+1914), par exemple. (voir l'article Aucune apparition n'est de foi, aucune canonisation n'est de foi.) Les vrais catholiques sont un reste sur le point de mourir, dit Jésus. Il promet le salut à ceux qui restent purs et fidèles, malgré les faux pasteurs 

"Cependant tu as à Sardes un petit nombre de noms qui n’ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi vêtus de blanc, parce qu’ils en sont dignes. Celui qui vaincra sera ainsi vêtu d’habits blancs, et je n’effacerai point son nom du livre de vie ; et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges." (Apoc. III, 4-5)

Réfutation des mensonges des gnostiques du premier groupe


Pour lutter contre les gnostiques qui font croire que le christianisme est une gnose, je rappelle donc quelques vérités, pour que nous puissions ne pas nous laisser troubler par ces menteurs qui font semblant de dénoncer le complot et qui font partie du complot :


a) Marie n'est pas Isis ni Allat, ni Hécate, ni Ishtar, ni Inanna, ni Vénus

Marie, mère historique de Jésus, est véritablement vierge. Elle a véritablement conçu son fils, Jésus, deuxième personne de la Sainte Trinité chrétienne, grâce au Saint Esprit, troisième personne de la Trinité chrétienne. Elle n'a rien à voir avec Isis qui a pris mensongèrement son nom et son apparence pour aider la kabbale faussement chrétienne à déguiser le culte de Satan-Isis sous un aspect marial.

Satan-Isis a usurpé l'identité de la Sainte Vierge en se faisant passer pour elle. Il faut aimer la Marie historique. Il est bon de la prier. Il faut par contre détester Isis, qui est impure, cruelle et menteuse. Isis est Satan vu sous une apparence féminine, afin d'être plus séduisant. Isis est le démon contre lequel Jésus lutte, dans l'Évangile. C'est le démon qu'il appelle Satan.

b) Jésus n'est pas Osiris, ni Horus, ni Seth, ni Zeus, ni Hercule, ni Jupiter, ni Adonis

Jésus s'est incarné et est mort sur la croix sous Ponce Pilate C'est le vrai Dieu. Il est Jahvé incarné, deuxième personne de la Sainte Trinité chrétienne, un avec le Père et le Saint Esprit. Il est haï par la kabbale qui fait des sacrilèges sur les hosties consacrées. La kabbale hait la Trinité chrétienne. La langue des oiseaux permet de le voir aisément. Jésus n'est aucun de ces faux dieux, même s'il est comparé à eux, en langue des oiseaux symbolique.

c) Le culte du Saint Esprit

Le culte du Saint Esprit a été déguisé depuis des siècles par la kabbale chrétienne qui en a fait un culte isiaque mais le véritable Saint Esprit prêché par Jésus et ses apôtres n'est pas Isis. Le Saint Esprit descendu sur les apôtres à la Pentecôte n'est pas Isis, ni Satan. C'est la troisième personne de la Trinité chrétienne, détestée par la gnose. C'est Jahvé, l'Esprit du Père et du Fils. Il est Jahvé comme eux. La sainte Trinité chrétienne est le mystère d'un seul Dieu, Jahvé, en trois personnes égales et distinctes.

d) le culte marial

Le véritable culte marial n'a à ma connaissance jamais vraiment existé de façon notable. Avant 313, il était peu développé. Le culte marial a été développé surtout à partir du IVe siècle, me semble-t-il, mais d'après les premières études que j'ai faites, il a été malheureusement, dès Pergame, un moyen hypocrite d'introduire le culte d'Isis. Il me semble avoir toujours été kabbaliste, chez ceux qui le diffusaient activement, mis à part peut-être quelques rares exceptions de chrétiens de bonne foi. 

Cela ne nous interdit pas de prier la véritable Marie, mère historique de Jésus, ni de nous consacrer à elle, afin qu'elle nous protège de la fausse Marie isiaque. Il faut lui demander de chasser Isis de l'Église. 

Je ne demande pas à mes lecteurs de me croire, tant que je n'aurai pas prouvé ce que je dis. Je me contente seulement de poser les premiers jalons de mon étude qui démontrera ce que j'affirme. Il me semble qu'il faut tout de suite poser ces jalons, même sans preuve autre que l'Apocalypse car les mensonges prennent vraiment une trop grande ampleur et je ne pourrai pas les désamorcer avant plusieurs mois ou années, tant ils sont nombreux et demandent à chaque fois des études spécialisées pour les réfuter.

e) Aucun apôtre n'était gnostique, Saint Paul n'était pas pas gnostique, l'Apocalypse n'est pas un livre gnostique.

Les douze apôtres sont honnis par la gnose, sauf Judas, bien entendu. La gnose aime Judas et dit qu'on lui doit le salut des gnostiques. La façon dont l'Apocalypse dénonce la gnose, des milliers d'années à l'avance est la meilleure preuve que c'est un livre anti-gnose, révélé par le véritable Jésus, celui qui est incarné dans les hosties consacrées, celui qui est haï par 90% de l'humanité.

f) La Bible : fiable mais rédigée en langue des oiseaux

A part quelques rares traductions très déformées dans certaines éditions, la Bible est fiable, pour qui ne connaît pas la langue des oiseaux et cherche Jahvé, Jésus, le vrai Dieu non gnostique qui est mort sur la croix et ressuscité le jour de Pâques. 

Cependant, les traductions, tout en restant fiables au plan exotérique, ont été trafiquées en langue des oiseaux, de façon à donner à la Bible un sens ésotérique souvent opposé au sens officiel. Suivant les éditions, la Bible est trafiquée en des endroits différents. Ces traductions arrangées sont un artifice de kabbalistes traducteurs et ne mettent pas notre foi en danger, du moment qu'on passe au-dessus de ces artifices et qu'on s'attache au sens initial que Dieu a voulu donner et qui est encore parfaitement visible. 

La Bible doit être notre lecture spirituelle, à présent, car les livres de spiritualité ont tous été trafiqués, depuis tant de siècles que la gnose nous a infiltrés.


II - Deuxième sorte de mensonge -
Les gnostiques qui font croire que la gnose a commencé dans l'Eglise au vingtième ou au dix-neuvième siècle et que toutes les canonisations, apparitions approuvées par les papes, et les papes antérieurs à Vatican II étaient parfaitement fiables, conformes à la doctrine chrétienne. 


Cette version est défendue particulièrement par des prêtres kabbalistes et leurs fidèles initiés, qui veulent perdre le petit reste qui aime encore Jésus et qui est victime de leurs mensonges. Il est possible que certains des prêtres qui défendent cette doctrine soient sincères, de même que je l'étais il y a encore deux ans, en croyant cela. Je ne sais pas encore avec certitude qui est sincère et qui ne l'est pas mais ceux qui sont sincères sont peu nombreux. Les menteurs sont très nombreux et seront dénoncés avec les preuves quand nous serons devenus champions en langue des oiseaux et que nous pourrons décrypter leurs sermons, leurs sites, leurs livres.

Mon blog a pour vocation de dévoiler leurs mensonges, ainsi que les mensonges des précédents gnostiques qui veulent faire croire que le christianisme est une gnose. 

L'Apocalypse nous enseigne que la gnose est aux postes de commande depuis le Moyen Âge. Mais elle enseigne également qu'une partie des gnostiques va bientôt se convertir après une dernière persécution sévère, décrite au cinquième sceau, persécution qui n'a pas encore eu lieu. Nous allons avoir un saint Pape non gnostique, le Pape de la sixième Église de Philadelphie. 

Le sixième sceau, correspondant à l'Église de Philadelphie, va punir les méchants et en convertir beaucoup, dont une grande partie du peuple Juif. La conversion du peuple juif est mentionnée deux fois dans l'Apocalypse : au chapitre III, dans la description de l'Eglise de Philadelphie et au chapitre VII, dans la description des 144.000 Juifs des douze tribus d'Israël. (Voir le grand article sur l'Apocalypse et tous ses liens pour davantage de précisions).

Il faut donc ne se laisser tromper ni par les uns ni par les autres, faire confiance à Jésus et s'abandonner à sa volonté pour qu'il fasse de nous ce qu'il veut pour sa gloire et pour sauver le maximum possible de gnostiques.

Mais comment voir la vérité et savoir qui nous ment et qui est véridique, direz-vous ? Comment savoir si moi-même, auteur de cet article, je ne suis pas une kabbaliste ou une déséquilibrée ? Une seule solution : apprendre la langue des oiseaux et vérifier par soi-même tout ce qui est dit. Travailler. J'essaye au maximum de faciliter la tâche à mes lecteurs en allant chercher la documentation leur permettant d'apprendre la langue des oiseaux que je découvre peu à peu grâce à internet et grâce à des milliers de recoupements. 

Si nous prions Jésus de ne pas permettre que nous soyons trompés, il nous montrera peu à peu la vérité, mais il faut également se donner du mal pour apprendre. Ne croyons pas que Jésus va nous envoyer des révélations surnaturelles pour nous montrer la voie. Laissons cela à la gnose, qui est sans cesse en communication avec "l'Au-delà"(1), comme elle dit. 

Note

(1) Lire L'Ô de La. L'Au-delà est un terme désignant la déesse satanique isiaque. Je ferai un article sur ce mot.