mercredi 18 janvier 2017

CHAOS EN LANGUE DES OISEAUX - RENNE - RUDOLPH - FONDATION - CERCLE AVEC POINT CENTRAL - INQUISITION - JEANNE D'ARC - L'ENFER






Chaos est un terme très important à connaître, en langue des oiseaux. Ce terme est systématiquement employé pour parler de Dieu le Père ou Jésus. 


RUDOLPH, le renne de Noël


Rudolph, le renne au nez rouge est un symbole de Jésus (article à venir). Cette femme symbolise Isis qui lui a pris ses deux cornes (une pour Jésus et une pour Dieu le Père). Les cornes, surtout rouges, sont des symboles phalliques du vrai dieu symboliquement "castré" par le culte gnostique d'isis-Cybèle. La majorité des personnages au nez rouge symbolisent Jésus ou Jahvé. Nous le verrons plus tard en détail.


Ordo ab chaos

La devise maçonnique Ordo ab Chaos signifie qu'à partir de l'hostie (chaos) subissant les sacrilèges, le démon va augmenter ses pouvoirs et créer son nouvel ordre mondial (ordo), basé sur Jésus, appelé en langue des oiseaux fondement, fondation, base. (C'est une utopie mensongère. L'hostie ne donne pas de pouvoir au démon.) 



Beaucoup de noms de magasin ou de livres s'appellent de deux noms raccordés par la syllabe et. L'un de ces noms symbolise le plus souvent Isis et l'autre Jésus ou Jahvé, mais parfois les deux noms symbolisent Dieu le Père et Dieu le Fils. Ici, il s'agit de Jésus appelé Chaos et d'Isis appelée mer (sea en anglais). (voir article yin-yang prouvant que la mer symbolise Isis)


Le A majuscule symbolise Jahvé, principe premier, et le rond est un symbole sexuel symbolisant Isis qui enferme Jahvé. Le rond est expliqué par Oswald Wirth et d'autres gnostiques, en langue des oiseaux. Voir le tarot des imagiers du Moyen âge.



Le mot Chaos est en orange, couleur du vrai Dieu. Le orange est particulièrement la couleur de Jésus, Dieu le Père ayant plus volontiers la couleur rouge, bien que ces couleurs soient interchangeables entre les deux.


PREMIÈRE APPROCHE DU CERCLE AVEC LE POINT CENTRAL

Un point ou un petit dessin au centre d'un rond ou d'un O symbolise le vrai Dieu (le point ou le dessin est le symbole de Jésus) sur lequel est effectué un sacrilège (enfermement en Isis), le rond. Je ferai un article spécial sur le cercle entouré d'un point, symbole de Jahvé. C'est le signe le plus célèbre de la gnose et le plus utilisé. Il vient du hiéroglyphe du Dieu Rê, symbole de Jahvé. En langue des oiseaux on énonce pudiquement la signification actuelle de ce signe sacrilège en disant : le point est le microcosme (Jésus) dans le macrocosme (Isis). D'autres précisions suivront.

Dans l'image ci-dessus, c'est le mot half qui est au centre du O de chaos car demi (half) est un mot se rapportant à Jésus censé être coupé en deux. Je dirai pourquoi plus tard. C'est une allusion à un sacrilège.



Hiéroglyphe du dieu Rê, symbolisant Jahvé.




Hors contexte, il est difficile de comprendre avec certitude ce titre qui peut signifier : Lucifer (Jesus) et Jésus (nommé chaos. Histoire est également un terme se rapportant à Jésus en langue symbolique. Très important à connaître. Un article sur le mot histoire sera fait.) Le titre peut également signifer Jésus (Jesus) et son Père (chaos of history).




Le O ouvragé de chaos est une allusion à Jahvé. Dans le O de chaos, il y a une tête de mort qui est le symbole du vrai Dieu en gnose kabbaliste (voir article yin-yang).

La grosse main noire est celle de Jahvé, représenté par un noir, souvent. Jahvé est en effet assimilé au roi éthiopien Céphée, mari de Cassiopée, roi noir et symbole du fou du tarot, enseigne Oswald Wirth. La main avec la manche blanche est celle d'Isis. On voit que c'est une main de femme, dans cette image. 



Tenir un doigt (symbole phallique) est un symbole de la castration qu'Isis fait. Elle va couper ce doigt. On avait déjà vu Isis tenant un doigt de Jahvé dessiné sous l'aspect d'un diable, dans l'article Yin-Yang.


Symbole officiel du chaos. 
La tête de mort symbolise Jahvé.



Jahvé est la vie

La gnose ment car c'est Jahvé qui est à l'origine de tout ce qui vit. C'est lui qui est la vie, en tant qu'être premier qui est son propre principe et c'est lui qui a créé tout ce qui vit. Isis et la gnose volent à Dieu le titre qui lui revient. Les gnostiques sont des menteurs, comme Isis, qui est la mort, car elle mène les âmes en enfer. C'est Isis-Satan qui met le chaos dans le monde depuis le péché originel. C'est la gnose qui fait les guerres, les tortures, les injustices, les mensonges.


Première approche de l'inquisition

Dès qu'on parle "torture", c'est comme si on appuyait sur un bouton : instantanément, des gnostiques hypocrites, champions pour imputer aux chrétiens leurs propres fautes, parlent de l'inquisition en disant que nous aussi, chrétiens, nous sommes coupables de tortures. Je prouverai aux 5 % qui ne le savent pas encore que l'inquisition était entièrement tenue par des ecclésiastiques kabbalistes, parfois sadiques et pervers. 

La torture n'a jamais été enseignée par les apôtres et Jésus. Les bûchers et les tortures sont entièrement une invention de la gnose kabbaliste de l'Eglise de Thyatire

D'après Anton Lavey, fondateur de l'Eglise de Satan, les vraies sorcières qui ont été brûlées sont des maladroites mais les sorcières plus douées couchaient avec les inquisiteurs qui les approuvaient. Lavey affirme également que de nombreux bons chrétiens ont été tués par la gnose de cette façon, sous couvert de sorcellerie et d'hérésie. Jeanne d'Arc en est un des exemples mais il y en a d'autres. 


Première approche de Jeanne d'Arc

Je ferai un article spécial sur Jeanne d'Arc car son histoire n'est pas celle qu'on dit et il faut nuancer beaucoup de choses. Jeanne est une victime qui a été abominablement trompée et utilisée par les gnostiques qui font semblant de l'aimer mais la méprisent en réalité. Ils la considèrent comme une idiote utile. On apprend sa véritable histoire en connaissant la langue des oiseaux. 

C'est donc la gnose qui est une semeuse de chaos, qu'elle soit de la kabbale chrétienne ou maçonnique ou juive. Les mensonges qu'elle fait sont énormes et grotesques. On ne bâtit pas indéfiniment une civilisation sur le mensonge. Celui-ci finit toujours par être révélé. Les gnostiques n'ont aucune justice et aucun honneur. La gnose est le mensonge, l'injustice et la cruauté. Elle est profondément répugnante.



Traduction : Cela m'attriste de voir comme il est tard. Le monde est en chaos total et il n'y a pas moyen de revenir en arrière. Jésus, nous avons besoin d'aide.

Cette image est un parfait exemple de l'hypocrisie gnostique qui appelle Jésus à l'aide mais en réalité, signifie aux initiés qu'il s'agit d'Isis qui est appelée. On le voit grâce à l’œil de femme, en photo d'arrière plan. La gnose attribue mensongèrement à Jésus ses propres injustices et le chaos dans lequel elle plonge le monde. Elle dit que c'est Jésus qui est responsable du chaos qu'elle forge. 


Chaos est en rouge car c'est un nom qui se rapporte à Jahvé. Nous avons vu dans l'article yin-yang que le rouge est sa couleur. Stop est en bleu car c'est Isis la bleue qui stoppe Jahvé, officiellement, en gnose. En fait, elle ne stoppe rien. C'est juste que Jésus ne veut pas intervenir pour l'instant. (voir article sur la procrastination).
Je n'ai pas encore étudié le mot plan et le verbe make mais vu leur couleur et le contexte de l'image, je pense que plan va peut-être se rapporter à Jésus et make à Isis. (à confirmer plus tard.)


La boule de Noël cassée symbolise le sacrilège réalisé sur Jésus, lors du culte gnostique, à Noël. Honte aux gnostiques qui répondent à l'amour par de la haine.


Considérations sur l'enfer

L'enfer est le gros argument des gnostiques pour excuser toutes leurs iniquités. 

Ma réponse principale à l'argument de l'enfer, c'est que la kabbale veut mettre les chrétiens et Jésus en enfer, donc veut punir la vertu et la bonté. Je préfère un monde ou les criminels sont punis plutôt qu'un monde où les bons sont punis.

Pourquoi Jahvé inflige une punition éternelle ? 

Parce que les démons, très intelligents, ne peuvent changer d'avis et devenir bons. Ils connaissent par cœur toutes les implications de leur décision et l'injustice de leur refus d'adorer leur créateur. S'ils pouvaient changer d'avis, Jahvé se laisserait toucher. Mais l'apparition de Nuit à Crowley montre bien la haine du diable pour Dieu et les hommes.

Parce que les humains qui vont en enfer meurent la volonté fixée définitivement dans le mal et que la seule chose qui les ferait changer d'avis, c'est de voir qu'Isis les trompe. Mais ils changeraient d'avis par opportunisme et arrivisme et non par amour du bien. Or ne vont au ciel que ceux qui aiment le bien, pas les opportunistes. On ne peut jouir du Bien suprême qui est Dieu si l'on est pas de sa famille et si l'on aime pas le vrai bien, la justice, la vérité, la vertu. (Je ne parle pas en langue des oiseaux qui attribue tous ces mots à Isis.)

Mon deuxième argument visant à expliquer l'enfer, est que si le crime ne devait pas être puni, le monde serait un enfer, encore pire que ce qu'il est. De plus, ce serait injuste pour les bons qui souffrent. La vertu serait mise au même rang que le crime, ce qui serait injuste. 

Mon troisième argument, est que la vertu est facile. Est-il si difficile de dire la vérité, d'être honnête, de ne pas voler, d'aimer celui qui nous a donné la vie, est mort pour nous et nous propose d'être rois et reines avec lui au ciel ? 



Cette phrase signifie : J'accepte le chaos (Dieu, le créateur.) Je ne suis pas sûr qu'il m'accepte. 

Bob Dylan pose mal le problème. 

Une créature n'a pas à accepter Dieu mais à le remercier puisque c'est grâce à lui qu'elle existe et qu'il veut la mener au ciel. 

Dieu, de son côté, accepte tous les hommes. Il est mort pour tous les hommes. 

Jésus accepte beaucoup plus les hommes que la gnose ne les accepte car il n'a pas caché ses connaissances et sa doctrine sous le secret et l'ésotérisme. Jésus a demandé au contraire aux apôtres de prêcher sur les toits. Le bonheur infini du ciel est proposé à tous. 

Par contre, Dieu n'accepte pas ceux qui lui désobéissent et préfèrent l"iniquité et Satan-Isis le meurtrier. Si les gnostiques préfèrent aimer Moloch qui grille les enfants innocents, pourquoi se plaignent-ils d'être punis ? Faudrait-il les féliciter et les récompenser d'aimer un démon qui réclame des atrocités ? 



Cette position de se tenir la tête est un signe signifiant qu'on appartient à la gnose. Les gnostiques ont très souvent un problème de soutien de tête. Je ne connais pas le symbole de ce geste ridicule. 

La phrase est intéressante : Si tu ne te rend pas au Christ, tu te rendras au chaos. Stanley Jones est dualiste, ce en quoi il a raison car Jésus a dit : qui n'est pas avec moi est contre moi. Le problème est que le "Christ", dans cette phrase, est Isis-Lucifer. On le sait grâce à la photo avec ce geste de la main, signifiant le gnostique et également grâce à l'introduction du mot chaos personnifié et opposé au mot Christ.


Choisirons-nous Jésus ou le diable menteur ?

Comme le dit justement Stanley Jones, nous n'avons le choix qu'entre deux camps : celui qui punit les bons et celui qui punit les méchants. Ne croyez-vous pas qu'il est mieux de choisir le camp qui punit les méchants ? 

Choisissons notre créateur. C'est lui qui a fait l'homme. Il aime son oeuvre et il sait où est le bonheur de sa création. Faisons-lui confiance. 

Il a prouvé sa fiabilité par la réalisation des prophéties, par la sagesse des dix commandements, par sa lutte incessante contre les sacrifices humains réclamés par Moloch-Astarté-Satan dans l'ancien testament. 

Il a prouvé son amour pour nous par la Passion. La réalisation actuelle des prophéties de Sardes montre qu'il contrôle le bateau et sait où il va. Croyons en sa victoire finale, prédite par l'Apocalypse.

Je sauvegarde ci-dessous l'article de Wikipedia sur le Chaos. Dieu est appelé chaos en référence au premier principe grec dont parle cet article.

Seth, dieu roux égyptien auquel Jahvé et Jésus sont sans cesse assimilés, est souvent surnommé le dieu du chaos. Nous reviendrons sur le dieu Seth, indispensable pour comprendre des symboles et pour démasquer la gnose.


Chaos (mythologie)

Pour les articles homonymes, voir Chaos.


Le chaos initial par Wenceslas Hollar.

Dans la mythologie grecque, Chaos (en grec ancien Χάος / Khaos, littéralement « Faille, Béance », du verbe χαίνω / kainô, « béer, être grand ouvert ») est l'élément primordial de la théogonie hésiodique. Il désigne une profondeur béante.

Sommaire


Théogonie


Selon la Théogonie d’Hésiode1, il précède non seulement l’origine du monde, mais celle des dieux. Chaos précède ainsi Gaïa (la Terre), l’Érèbe (les Ténèbres souterraines) et Nyx (la Nuit). Dans la phase suivante de la Création, Gaïa devait donner naissance à Ouranos (le Ciel et la Vie) et à Pontos (les Flots).


L'antique tradition rapportée par Hésiode dans sa Théogonie énonce une autre généalogie : Chaos engendre tout d'abord Gaïa, Tartare (Abîme insondable) et Éros (Désir). C'est ensuite qu'Érèbe et Nyx émergent de Chaos, et plus tard encore que naîtront l'Éther et la Lumière du Jour, fruits des amours de la Nuit et des Ténèbres.

« Donc, au commencement, fut Chaos, et puis la Terre au vaste sein, siège inébranlable de tous les immortels qui habitent les sommets du neigeux Olympe, et le Tartare sombre dans les profondeurs de la vaste terre, et puis Amour, le plus beau des immortels, qui baigne de sa langueur et les dieux et les hommes, dompte les cœurs et triomphe des plus sages vouloirs. De Chaos naquirent l'Érèbe et la sombre Nuit. De la Nuit, l’Éther et le Jour naquirent, fruits des amours avec l’Érèbe. À son tour, Gaïa engendra d’abord son égal en grandeur, le Ciel étoilé qui devait la couvrir de sa voûte étoilée et servir de demeure éternelle aux Dieux bienheureux. Puis elle engendra les hautes Montagnes, retraites des divines nymphes cachées dans leurs vallées heureuses. Sans l’aide d'Amour, elle produisit la Mer au sein stérile, aux flots furieux qui s’agitent. »

Dès le début de son récit, Hésiode énumère des divinités correspondant à chaque élément que l’homme rencontre. Il commence par les éléments primordiaux : la Terre, le Ciel étoilé, les hautes Montagnes, la Mer.

Caractéristiques

Si Hésiode ne s'entend pas sur la nature de Chaos, Ovide en fait dans ses Métamorphoses une « masse informe et confuse qui n'était encore rien que poids inerte, amas en un même tout de germes disparates des éléments des choses, sans lien entre eux. »

Le Chaos se caractérise dès lors par deux éléments principaux : 
le gouffre sans fond où l'on fait une chute sans fin : la Terre apparaît ensuite, offrant une assise stable, qui s'oppose radicalement au Chaos ; 
le milieu sans orientation possible où l'on chute dans tous les sens. 

Selon Ovide, Janus disait de lui-même : « Les Anciens m'ont appelé Chaos2 ».

Autres conceptions


Article détaillé : Cause première.

Références

116-120 
Ovide, les Fastes (I, 89). 
Voir aussi :

Bibliographie
Reynal Sorel, Chaos et éternité. Mythologie et philosophie grecques de l'Origine, Les Belles Lettres, collection « Vérité des mythes », Paris, 2006 (ISBN 2-251-32439-9).