jeudi 26 mai 2016

Échéancier donné par l'Apocalypse. Question n°25 : Jésus est-il atteint de procrastination ?



Qu'est-ce que la procrastination ?

La procrastination est la tendance à remettre au lendemain les actions. Dans le milieu gnostique, la procrastination est une notion incontournable. C'est l'un des sujets favoris de moquerie à l'égard de Jésus. On se moque de Jésus en langue symbolique parce qu'il ne punit pas le monde alors que les sacrilèges et les blasphèmes sont innombrables et continuels. On le présente comme un personnage ridicule disant qu'il va punir le monde et échouant à le punir, souvent en recevant une nouvelle "défaite" encore plus cuisante que la précédente, c'est-à-dire de nouveaux sacrilèges encore plus horribles que les précédents. Les sacrilèges en réalité ne font pas souffrir Jésus davantage que ce qu'il a déjà souffert en expiation de ceux-ci pendant sa passion. Jésus ne souffre plus actuellement. Il est assis à la droite du Père dans l'unique ciel qui existe, le ciel catholique, et il jouit d'un bonheur parfait. Tout ce que les gnostiques racontent à propos de la soi-disant souffrance ou impuissance de Jésus est une invention sans aucune preuve, impossible théologiquement.


La patience de Jésus est-elle la preuve de sa défaite ?

La gnose dit que le fait que Dieu ne réagisse pas depuis si longtemps est la preuve qu'il a été vaincu par Lucifer-Satan-Isis. D'innombrables chansons, films, livres, poèmes font de l'ironie ou de l'humour à ce sujet, de façon plus ou moins blasphématoire. Nous étudierons des exemples plus tard. Il ne m'est pas possible de donner des exemples maintenant car cela nécessiterait que j'explique d'autres notions que je ne veux pas expliquer en dehors de mon étude, par mesure de prudence. 


La réponse est dans l'Apocalypse

La réponse à la question de savoir si Jésus est atteint de procrastination est facile : il suffit de relire les passages de l'Apocalypse concernant les trois dernières Églises de Sardes, Philadelphie et Laodicée, ainsi que les trois derniers sceaux. Ces passages sont, pour le principal, dans l'article sur les trois Églises de l'Apocalypse

Jésus, sachant à l'avance que le temps paraîtrait long aux justes, a prévenu dans le cinquième sceau correspondant à notre époque(1), qu'il mettrait longtemps à réagir.  

Le cinquième sceau est à ma connaissance le seul passage de l'Apocalypse dans lequel Jésus dit qu'il va mettre longtemps à réagir. Nous sommes donc actuellement dans la période de l'histoire de l'humanité où les justes ont le plus besoin de foi, de constance et de patience. De toute l'histoire humaine, c'est notre période qui demande le plus de patience. Voici le texte du cinquième sceau : 

Apocalypse, ch. VI, v. 9 à 11
Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu.
Ils crièrent d'une voix forte, en disant : Jusqu'à quand, Maître saint et véritable, tarderez-vous à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ?
Une robe blanche fut donnée à chacun d'eux et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu'à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux.

Dans le passage concernant l'Eglise de Philadelphie, sixième Église qui suit la nôtre, l'Église de Sardes, Jésus félicite le saint Pape qui va régner à cette époque pour sa patience. 
 Apocalypse III, 8 -10
Je connais tes œuvres. Voici, j'ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne peut refermer, parce que tu as peu de puissance et que tu as gardé ma parole sans renier mon nom. Je te donne des membres de la synagogue de Satan qui se disent juifs sans l'être et qui mentent. Je les ferai venir se prosterner à tes pieds et reconnaître que je t'ai aimé. Parce que tu as gardé ma parole sur la patience, je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier pour mettre à l'épreuve les habitants de la terre.

Jésus prévient donc à deux reprises que notre époque est une époque qui demande de la patience : dans le cinquième sceau (Apocalypse VI 9-11) et dans les félicitations qu'il adresse au saint Pape de Philadelphie (Apocalypse III,10). Il a pris la peine de dicter ces paroles à saint Jean, en l'an 100, car il savait que nous aurions une épreuve de foi et de constance à subir actuellement. Il a prévenu à l'avance de son silence afin de nous conforter et de nous empêcher de perdre confiance. Nous ne devons donc pas nous inquiéter. Ce silence de Jésus est normal et correspond à son plan initial. Il est Dieu, il connaît beaucoup de choses que nous ignorons, il connaît les âmes, il sait ce qui est le meilleur pour nous. L'Apocalypse, loin de nous faire peur, est notre réconfort. Les bons doivent donc laisser dire les gnostiques, les laisser se moquer et narguer. La gnose fait beaucoup de bruit, beaucoup d'agitation en vain. Mais son humour blasphématoire n'arrive pas à masquer son inquiétude. 


La peur des gnostiques

Les gnostiques aiment bien présenter Jésus comme un peureux, frêle et idiot pour s'autosuggestionner de l'efficacité de leurs sacrilèges sur lui, mais en fait, ces moqueries n'arrivent pas à masquer leur propre peur. Ils parlent d'ailleurs ouvertement de leur frayeur dans des chansons ou des livres, des films. Ils sont inquiets, ils sont dans l'incertitude quant à l'efficacité de leurs sacrilèges, ils sont obsédés par l'Apocalypse. 

Si la moitié des discours symboliques présente Jésus comme un minable, l'autre moitié de ces discours présente au contraire la lutte entre Satan-Isis-Lucifer et Jésus comme très difficile et Lucifer-Satan-Isis gagne toujours de justesse à la fin, souvent par la ruse ou grâce à des circonstances "providentielles", car la Trinité catholique est représentée comme une entité supérieure en force. A la fin des films, livres ou chansons qui représentent ce scénario, une fois que le monstre ou le gros méchant représentant la Trinité catholique a été terrassé, tout le monde gnostique s'embrasse en pleurant, en disant en langue symbolique : on a failli tous y rester, on s'en est sortis de justesse grâce aux sacrilèges. 


Quand et comment Jésus va-t-il réagir ?

1) Tout d'abord, il faut avoir présent à l'esprit que Jésus ne va pas réagir tant que nous resterons dans l'Eglise de Sardes. Le cinquième sceau dit en effet aux justes d'être patients. Étant donné que nous sommes actuellement dans l'Église de Sardes, la non-réaction de Jésus est normale. L'Eglise de Sardes peut encore durer quelques décennies ou un an, je ne sais pas. Mais à mon avis et de l'avis des gnostiques, Sardes ne va plus durer très longtemps. Mes lecteurs qui ne sont pas gnostiques comprendront pourquoi quand j'aurai publié mon étude.

2) Jésus va réagir quand nous entrerons dans l'Eglise de Philadelphie
Il y a deux faits certains qui vont marquer la période de Philadelphie. Ces deux faits sont des points de repère importants, mais nous ne pouvons être certains, me semble-t-il, de l'ordre dans lequel ils arriveront (à moins que nous ne trouvions un autre passage de la Bible parlant de notre période. Il y a des passages intéressants sur la fin des temps dans l'Ancien testament. Je les étudie peu à peu). Ces deux faits sont :

- L'avènement du Saint Pape (Apocalypse III, 7-13) :
Voici comment est décrit l'avènement de ce saint Pape :
Ecris aussi à l’ange de l’Eglise de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint et le Véritable, qui a la clef de David, qui ouvre et personne ne ferme, qui ferme et personne n’ouvre. Je connais tes œuvres. J’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer, parce que tu as peu de force, et que cependant tu as gardé ma parole et n’as pas renié mon nom. Je te donnerai de ceux qui sont de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont point, mais qui mentent. Je ferai qu’ils viennent et qu’ils se prosternent à tes pieds et ils sauront que je t’ai aimé. Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi aussi je te garderai de l’heure de la tentation, qui va venir sur l’univers entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus. J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem, qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises.

- Le deuxième fait marquant de Philadelphie est un cataclysme qui sera d'une telle ampleur sur toute la surface de la terre que les gens croiront tous que la fin du monde est arrivée
Ce cataclysme est le sixième sceau de l'Apocalypse. Il est décrit au chapitre VI, 12-17 :
Je regardai, lorsqu’il ouvrit le sixième sceau, et voici qu’il y eut un grand tremblement de terre, et le soleil devint noir comme un sac de crin, et la lune entière devint comme du sang ; et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme un figuier laisse tomber ses figues vertes lorsqu’il est agité par un grand vent. Et le ciel se retira comme un livre que l’on roule, et toutes les montagnes et les îles furent ôtées (ébranlées) de leur place ; et alors les rois de la terre, et les grands, et les capitaines, et les riches, et les puissants, et tous les esclaves et les hommes libres se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes et ils dirent aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous de devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’Agneau car le grand jour de leur colère est arrivé et qui pourra subsister ?


L'ordre d'arrivée des événements. 
Y aura-t-il un troisième fait marquant sous Philadelphie ?

Soit le cataclysme du sixième sceau arrivera avant le saint Pape, soit le saint Pape arrivera avant le cataclysme. Le texte de l'Apocalypse décrivant Philadelphie (III, 7-13) semble peut-être sous-entendre que le saint Pape arrivera avant le cataclysme. Le problème est l'interprétation qu'il faut donner aux paroles suivantes de l'Apocalypse 
Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi aussi je te garderai de l’heure de la tentation, qui va venir sur l’univers entier, pour éprouver les habitants de la terre.

- soit ces paroles sont une allusion au sixième sceau et dans ce cas, le saint Pape semble peut-être devoir arriver avant.

- soit ces paroles sont une allusion à autre chose que le sixième sceau. Dans ce cas, il s'agit d'un troisième événement marquant de Philadelphie, une tentation universelle. Il faudrait retrouver le texte initial de la Vulgate de Saint Jérôme pour vérifier que c'était le mot tentation qu'avait mis saint Jérôme. Nous verrons dans mon étude que le texte actuel de la Vulgate a été modifié à plusieurs reprises au cours des siècles. 

En l'état actuel de mes connaissances de l'Apocalypse, je pense donc que sont possibles les scénarios suivants. Je les énumère par ordre de probabilité, du plus probable (scénario 1) au moins probable (scénario 5), d'après ce que je comprends du texte de l'Apocalypse tel qu'il est présenté. Je ne suis pas infaillible pour les probabilités et mes lecteurs sont libres de penser autrement. Il y a peut-être également un scénario auquel je n'ai pas pensé. Seuls sont certains deux faits : l'arrivée du saint Pape et le cataclysme du sixième sceau.

Scénario 1 :
1. Arrivée du Saint Pape (peut-être y aura-t-il plusieurs saints papes qui se succéderont).
2. Cataclysme suivi de la conversion d'une partie de l'humanité.


Scénario 2 :
1. Cataclysme. 
2. Arrivée du Saint Pape juste après
Si le cataclysme précède le Saint Pape, on peut, je crois, affirmer que le Saint Pape arrivera juste après celui-ci. C'est la règle de correspondance des 7 sceaux avec les 7 Églises qui permet d'affirmer cela. En effet, le cataclysme appartenant au sixième sceau et le sixième sceau correspondant à Philadelphie, il n'est pas possible de rester encore dans l'Eglise de Sardes après ce cataclysme mondial. Forcément, ce cataclysme est le signe que nous sommes passés dans Philadelphie. Et comme la caractéristique de Philadelphie est la présence du saint Pape au gouvernement de l'Eglise, le saint Pape arrivera donc juste après le sixième sceau, s'il n'est pas déjà arrivé auparavant.

Scénario 3 :
1. Arrivée du Saint Pape. 
2. Tentation ? (Cette tentation étant peut-être en fait le cataclysme mal traduit par les bibles).
3. Cataclysme 


Scénario 4 :
1. Tentation ? 
2. Cataclysme 
3. Arrivée du saint Pape juste après, suivi peut-être de plusieurs autres saints papes.

Scénario 5 :
1. Cataclysme 
2. Arrivée du Saint Pape juste après (peut-être suivi de plusieurs saints papes)
3. Tentation ? 


Une immense foule d'élus ayant lavé leur robe dans le sang de l'Agneau et venant de la grande tribulation

Il y a un autre fait qui peut-être considéré comme certain : c'est l'élection d'une grande foule d'élus après le cataclysme. Cette élection est décrite au chapitre VII de l'Apocalypse, juste après le cataclysme du sixième sceau

Après cela, je vis quatre anges qui se tenaient aux quatre coins de la terre, et qui retenaient les quatre vents de la terre, pour les empêcher de souffler sur la terre, et sur la mer, et sur aucun arbre. Et je vis un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, ayant le sceau (signe) du Dieu vivant ; et il cria d’une voix forte aux quatre anges auxquels il avait été donné de nuire à la terre et à la mer, et il dit : Ne nuisez point à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau : cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des enfants d’Israël, étaient marqués du sceau. De la tribu de Juda, douze mille étaient marqués du sceau ; de la tribu de Ruben, douze mille ; de la tribu de Gad, douze mille ; de la tribu d’Azer, douze mille ; de la tribu de Nephtali, douze mille ; de la tribu de Manassé, douze mille ; de la tribu de Siméon, douze mille ; de la tribu de Lévi, douze mille ; de la tribu d’Issachar, douze mille ; de la tribu de Zabulon, douze mille ; de la tribu de Joseph, douze mille ; de la tribu de Benjamin, douze mille étaient marqués du sceau. Après cela, je vis une grande multitude, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue ; ils se tenaient debout devant le trône et en face de l’Agneau, vêtus de robes blanches, et ils avaient des palmes dans leurs mains. Et ils criaient d’une voix forte, et disaient : Le salut est à notre Dieu, qui est assis sur le trône, et à l’Agneau ! Et tous les anges se tenaient debout autour du trône, et des vieillards, et des quatre animaux ; et ils se prosternèrent devant le trône sur leurs visages, et adorèrent Dieu, en disant : Amen. Bénédiction, gloire, sagesse, action de grâces, honneur, puissance et force à notre Dieu dans tous les siècles des siècles. Amen. Et l’un des vieillards prit la parole et me dit : Ceux qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils ? et d’où sont-ils venus ? Et je lui dis : Mon seigneur, vous le savez. Et il me dit : Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation, et qui ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. C’est pour cela qu’ils sont devant le trône de Dieu, et ils le servent jour et nuit dans son temple ; et celui qui est assis sur le trône dressera sa tente habitera au-dessus d’eux. Ils n’auront plus ni faim ni soif, et le soleil ni aucune chaleur ne frappera plus sur eux car l’Agneau, qui est au milieu du trône, sera leur pasteur, et il les conduira aux sources des eaux vives et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.

C'est ce passage de l'Apocalypse qui permet de dire qu'il est certain qu'une partie de l'humanité se convertira après le cataclysme. Il est bien spécifié que ces élus viennent de la grande tribulation et ont blanchi leur robe dans le sang de l'Agneau. Il me semble que cette grande tribulation est soit le cataclysme, soit une persécution ayant clôturé Sardes. Mais je pense plutôt qu'il s'agit du cataclysme car ces élus ont eu besoin de laver leur robe et de les blanchir. Il est donc sous-entendu qu'ils n'ont pas toujours eu une robe blanche. Bien sûr, même les justes ont besoin de blanchir leur robe dans le sang de Jésus, mais le fait que le vieillard spécifie cela à saint Jean est à mon avis une allusion à la conversion de l'humanité suite au cataclysme. 

Les chapitre 8, 9 et 10 de l'Apocalypse décrivent le septième sceau correspondant à l'Église de Laodicée et les six premières trompettes qui interviendront sous ce septième sceau. Il y a sept trompettes en tout mais entre la sixième et la septième trompette, viendront les deux témoins de Jésus qui feront des miracles extraordinaires et prophétiseront. Ces deux témoins et la septième trompette sont présentés au chapitre 11 de l'Apocalypse. L'Antéchrist arrive après. Une simple lecture nous montre que ces événements ne se sont pas encore passés. Vous pouvez lire ces chapitres en note 2, tout à la fin de l'article, si vous le désirez. 

Certains font croire qu'il faut les entendre ces chapitres en un sens tellement symbolique qu'ils seraient en train de se réaliser à présent. Je montrerai dans mon étude qu'il n'en est rien. Il ne faut pas croire ceux qui disent que nous sommes dans Laodicée. Ils découragent les justes sans étayer de façon fiable leurs affirmations et leurs explications symboliques. Jésus n'a pas rédigé l'Apocalypse d'une façon si symbolique que les hommes ne pourraient rien y comprendre. Beaucoup de faits mentionnés dans l'Apocalypse sont à interpréter d'une façon proche du texte. Les cinq premiers sceaux de l'Apocalypse et les cinq premières églises nous montrent le degré de symbolisme de ce livre. Il y a des symboles, certes, mais ils sont souvent expliqués par Jésus lui-même et ceux qui ne sont pas expliqués sont facilement accessibles à tous. Jésus n'a pas écrit l'Apocalypse, livre vital pour les justes des derniers temps, uniquement pour quelques lettrés qui auraient besoin d'étudier toute une vie les arcanes d'un texte pour en profiter. Il est clair que le septième sceau n'a pas été ouvert. Aucun des événements qui y sont décrits ne se sont réalisés. La lecture de ce septième sceau est une preuve supplémentaire que nous sommes dans l'Église de Sardes et non dans l'Église de Laodicée.

Conclusion

Jésus n'est pas atteint de procrastination puisque nous sommes dans la période de Sardes et que Jésus a prévenu qu'il n'interviendra que lors de Philadelphie. Les gnostiques sont ridicules avec leurs chansonnettes obsessionnelles, leurs films, leurs poèmes, leurs livres sur Jésus qui ne réagit pas à leur blasphèmes. Les chefs de la gnose ont une mauvaise foi évidente. Ils jouent sur la paresse ou l'ignorance des gens qui ne prennent pas la peine de lire l'Apocalypse. Cette mauvaise foi a du mal à cacher leur inquiétude, leur crainte de la punition. La multiplicité des blasphèmes, ainsi que leur aspect souvent enfantin, tant il est primaire, témoignent d'un malaise grandissant d'une population qui se sait pécheresse et qui craint le châtiment tout en essayant de l'exorciser par un humour ridicule. On constate beaucoup de servilité chez les gens, même les petits. Ils se croient obligés de blasphémer pour réussir dans les affaires, pour s'intégrer dans un groupe. 

Les bons se fortifieront dans l'espérance et ne se laisseront pas désarçonner par ces blasphèmes sans fondement, preuve de la mauvaise foi ou de l'ignorance des gnostiques. 
Vers vous, Seigneur, j’ai élevé mon âme ; mon Dieu, je mets ma confiance en vous ; que je n’aie pas à rougir. Et que mes ennemis ne se moquent point de moi ; car tous ceux qui espèrent en vous avec constance ne seront pas confondus. (...) Les hommes innocents et droits se sont attachés à moi, parce que je vous ai attendu avec constance.(Psaume 24)

J’ai espéré en vous, Seigneur ; que je ne sois jamais confondu ; dans votre justice délivrez-moi. Inclinez vers moi votre oreille ; hâtez-vous de me délivrer de mes maux. Soyez-moi un Dieu protecteur et une maison de refuge, afin que vous me sauviez. Car vous êtes ma force et mon refuge, et à cause de votre nom, vous me conduirez et me nourrirez. Vous me tirerez de ce piège qu’ils ont dissimulé contre moi, car vous êtes mon protecteur. (...) Agissez avec courage, et que votre cœur s’affermisse, vous tous qui espérez au Seigneur. (Psaume 30)


Notes :

(1) Nous sommes dans la cinquième des Églises : l'Église de Sardes (voir l'article sur l'Apocalypse). Le cinquième sceau de l'Apocalypse correspond à la cinquième Église de l'Apocalypse, c'est-à-dire à la période de Sardes. Les sept sceaux correspondent en effet chacun à chacune des sept périodes de l'histoire de l'Eglise, chaque période étant représentée par une église d'Asie. Il y a donc un sceau par période. Sur la question de savoir si les sept sceaux correspondent aux Églises, ce n'est pas uniquement mon avis personnel. C'est une notion commune. 


Une étude historique sommaire montre aisément que les quatre premiers sceaux ont déjà eu lieu (cf. article sur l'Apocalypse) et que chacun correspond dans l'ordre aux quatre premières Églises de l'Apocalypse. Les gnostiques connaissent certains éléments historiques concernant les Églises passées de Pergame (3ème Église) et de Thyatire (4ème Église) qui sont encore occultes et ignorés des bons. Les gnostiques ont, grâce à ces connaissances, une meilleure compréhension que les justes de l'Apocalypse... même s'ils diffusent officiellement des mensonges pour troubler les gens. Je révélerai dans mon étude ce que j'ai appris de ces périodes historiques et de Sardes. Je ne peux faire les articles sur Pergame et Thyatire maintenant sans preuve de ce que j'affirme. Il faut expliquer les choses en contexte pour qu'elles soient crédibles. 

Pour un gnostique, il est donc facile de voir que nous sommes actuellement dans le cinquième sceau et dans la cinquième Église de Sardes. Pour la gnose, la correspondance des sept sceaux aux sept Eglises est très facile à voir. Certains gnostiques disent que nous sommes dans la dernière Église de Laodicée. Je pense que la plupart d'entre eux sont de mauvaise foi et disent cela pour troubler les âmes et désespérer les justes. Peut-être cependant que certains sont sincères en disant que l'Antéchrist va bientôt venir car ils espèrent avoir terrassé Jésus ? C'est possible. 


Un des principes de la gnose est de créer artificiellement des courants de pensée différents sur de très nombreux sujets, afin que les gens perdent leurs repères et ne sachent plus où ils en sont. Les gnostiques se répartissent les tâches, afin que s'attachent à eux toutes les catégories de personnes, en fonction de leur caractère : toi tu vas jouer au vertueux, toi tu vas jouer à l'excité, toi tu vas choquer, toi tu seras le modérateur, toi tu seras le tradi, toi tu seras le saint etc. 

Les gnostiques qui préfèrent dire officiellement que nous sommes dans Sardes semblent préparer en revanche une pseudo-Philadelphie gnostique. Mais leurs plans échoueront. Le Saint Pape arrivera et chassera tous les gnostiques hors de l'Eglise. 


(2) Apocalypse 
Chapitre VIII : 
Lorsque l’Agneau eut ouvert le septième sceau, il se fit dans le ciel un silence d’environ une demi-heure. Et je vis les sept anges qui se tiennent en présence de Dieu, et sept trompettes leur furent données. Et un autre ange vint et se plaça devant l’autel, ayant un encensoir d’or ; et il lui fut donné beaucoup de parfums, afin qu’il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or qui est devant le trône de Dieu. Et la fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l’ange devant Dieu. Et l’ange prit l’encensoir et le remplit du feu de l’autel, et le jeta sur la terre ; et il y eut des tonnerres, des voix, des éclairs, et un grand tremblement de terre. Et les sept anges qui avaient les sept trompettes se préparèrent à en sonner. Le premier ange sonna de la trompette et il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent jetés sur la terre, et la troisième partie de la terre fut brûlée, et la troisième partie des arbres fut brûlée, et toute herbe verte fut brûlée. Le second ange sonna de la trompette et quelque chose comme une grande montagne embrasée par le feu fut jeté dans la mer, et la troisième partie de la mer devint du sang, et la troisième partie des créatures vivantes qui sont dans la mer mourut, et la troisième partie des navires périt. Le troisième ange sonna de la trompette et il tomba du ciel une grande étoile, brûlante comme un flambeau ; et elle tomba sur la troisième partie des fleuves, et sur les sources des eaux. Le nom de cette étoile était Absinthe ; et la troisième partie des eaux fut changée en absinthe et un grand nombre d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères. Le quatrième ange sonna de la trompette et la troisième partie du soleil fut frappée, et la troisième partie de la lune, et la troisième partie des étoiles, de sorte que la troisième partie en fût obscurcie, et que le jour perdît la troisième partie de sa clarté, et la nuit de même. Alors je vis, et j’entendis la voix d’un aigle qui volait par le milieu du ciel, en disant d’une voix forte : Malheur ! Malheur ! Malheur aux habitants de la terre, à cause du son des trompettes des trois autres anges qui doivent encore sonner !

Chapitre IX  : Le cinquième ange sonna de la trompette  et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre, et la clef du puits de l’abîme lui fut donnée. Elle ouvrit le puits de l’abîme, et il monta du puits une fumée, comme la fumée d’une grande fournaise ; et le soleil et l’air furent obscurcis par la fumée du puits. Et de la fumée du puits sortirent des sauterelles qui se répandirent sur la terre. Et il leur fut donné un pouvoir semblable au pouvoir qu’ont les scorpions sur la terre ; et il leur fut ordonné de ne pas faire de mal à l’herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n’ont pas le sceau de Dieu sur leurs fronts ; et il leur fut donné de ne pas les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois ; et le tourment qu’elles causaient était comme le tourment que cause le scorpion quand il pique un homme. En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas ; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux. Ces sauterelles étaient semblables à des chevaux préparés pour le combat ; sur leur tête il y avait comme des couronnes ressemblant à de l’or, et leurs visages étaient comme des visages d’hommes. Et elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes, et leurs dents étaient comme les dents des lions ; elles avaient des cuirasses comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme le bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent au combat ; elles avaient des queues semblables à celles des scorpions, et il y avait des aiguillons dans leurs queues, et leur pouvoir était de nuire aux hommes pendant cinq mois. Elles avaient pour roi au-dessus d’elles l’ange de l’abîme, appelé en hébreu Abaddon, en grec Apollyon, et en latin l’Exterminateur. Le premier malheur est passé ; il vient encore deux malheurs après ceux-ci. Le sixième ange sonna de la trompette et j’entendis une voix qui venait des quatre cornes de l’autel d’or, qui est devant Dieu. Elle disait au sixième ange qui avait la trompette : Délie les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve de l’Euphrate. Et aussitôt les quatre anges, qui étaient prêts pour l’heure, le jour, le mois et l’année, furent déliés, afin de tuer la troisième partie des hommes. Et le nombre des cavaliers de cette armée était de vingt fois mille fois dix mille (deux cent millions) ; car j’en entendis le nombre. Et je vis ainsi les chevaux dans ma vision : ceux qui les montaient avaient des cuirasses (couleur) de feu, et d’hyacinthe, et de soufre ; les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions, et de leur bouche il sortait du feu, de la fumée et du soufre. Par ces trois plaies, par le feu, par la fumée et par le soufre qui sortaient de leur bouche, la troisième partie des hommes fut tuée. Car la puissance de ces chevaux était dans leur bouche et dans leurs queues. En effet, leurs queues étaient semblables à des serpents ; elles ont des têtes, et c’est par elles qu’elles font du mal. Et les autres hommes, qui n’avaient pas été tués par ces plaies, ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, de manière à ne plus adorer les démons et les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher ; et ils ne firent point pénitence de leurs meurtres, ni de leurs maléfices, ni de leurs impudicités, ni de leurs rapines.

Chapitre X :

Puis je vis un autre ange robuste qui descendait du ciel, enveloppé d’une nuée, et il avait un arc-en-ciel au-dessus de sa tête ; son visage était comme le soleil, et ses pieds comme des colonnes de feu ; il avait dans la main un petit livre ouvert. Il posa son pied droit sur la mer, et son pied gauche sur la terre. Et il cria d’une voix forte, comme un lion qui rugit ; et lorsqu’il eut crié, sept tonnerres firent entendre leurs voix. Et quand les sept tonnerres eurent fait entendre leurs voix, j’allais écrire ; mais j’entendis une voix du ciel qui me disait : Mets sous le sceau ce qu’ont dit les sept tonnerres, et ne l’écris pas. Alors l’ange que j’avais vu debout sur la mer et sur la terre leva la main vers le ciel, et jura par celui qui vit dans les siècles des siècles, qui a créé le ciel et les choses qui s’y trouvent, la terre et les choses qui s’y trouvent, la mer et les choses qui s’y trouvent, qu’il n’y aurait plus de temps, mais qu’aux jours de la voix du septième ange, lorsqu’il sonnera de la trompette, le mystère de Dieu serait consommé, comme il l’a annoncé par ses serviteurs les prophètes.(voir note tout à la fin)


 Et la voix que j’avais entendue, venant du ciel, me parla encore, et me dit : Va, et prends le petit livre ouvert, dans la main de l’ange qui se tient debout sur la mer et sur la terre. Et j’allai vers l’ange, et je lui dis de me donner le petit livre. Et il me dit : Prends le livre et dévore-le ; il te causera de l’amertume dans les entrailles, mais dans la bouche il sera doux comme du miel. Je pris le petit livre de la main de l’ange, et je le dévorai ; et dans ma bouche il était doux comme du miel, mais quand je l’eus dévoré, je sentis de l’amertume dans mes entrailles. Alors on me dit : Il faut que tu prophétises encore devant beaucoup de nations, et de peuples, et de langues et de rois.

Chapitre 11 :
On me donna ensuite un roseau semblable à une perche, et il me fut dit : Lève-toi, et mesure le temple de Dieu, et l’autel, et ceux qui y adorent. Quant au parvis, qui est au dehors du temple, laisse-le, et ne le mesure pas, car il a été abandonné aux gentils ; et ils fouleront la ville sainte pendant quarante-deux mois. Et je donnerai à mes deux témoins la mission de prophétiser pendant mille deux cent soixante jours, vêtus de sacs. Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre. Et si quelqu’un veut leur faire du mal, un feu sortira de leur bouche et dévorera leurs ennemis ; si quelqu’un veut leur faire du mal (les offenser), il faut qu’il périsse ainsi. Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu’il ne pleuve pas durant les jours où ils prophétiseront ; et ils ont le pouvoir, à l’égard des eaux, de les changer en sang, et de frapper la terre de toute sorte de plaies, toutes les fois qu’ils le voudront. Et quand ils auront achevé de rendre leur témoignage, la bête qui monte de l’abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera ; et leurs cadavres resteront sur les places de la grande cité, qui est appelée spirituellement Sodome et Egypte, où leur Seigneur même a été crucifié [ndlr : donc à Jérusalem]. Et ceux des tribus, et des peuples, et des langues, et des nations verront leurs cadavres durant trois jours et demi, et ils ne permettront pas que leurs cadavres soient mis dans des tombeaux. Et les habitants de la terre seront dans la joie à leur sujet, et ils feront des fêtes, et ils s’enverront des présents les uns aux autres, parce que ces deux prophètes auront tourmenté les habitants de la terre. Mais, après trois jours et demi, un esprit de vie venu de Dieu entra en eux ; ils se levèrent sur leurs pieds, et une grande crainte saisit ceux qui les virent. Et ils entendirent une voix forte venant du ciel, qui leur disait : Montez ici. Et ils montèrent au ciel dans une nuée, à la vue de leurs ennemis. A cette même heure il se fit un grand tremblement de terre ; et la dixième partie de la ville tomba, et sept mille hommes furent tués dans ce tremblement de terre ; et les autres furent saisis de frayeur, et rendirent gloire au Dieu du ciel. Le second malheur est passé, et voici, le troisième malheur viendra bientôt. Le septième ange sonna de la trompette, et des voix fortes se firent entendre dans le ciel ; elles disaient : L’empire de ce monde a été remis à Notre Seigneur et à son Christ, et il règnera dans les siècles des siècles. Amen. Et les vingt-quatre vieillards, qui sont assis devant Dieu sur leurs trônes, se prosternèrent sur leurs visages et adorèrent Dieu, en disant : Nous vous rendons grâces, Seigneur, Dieu tout-puissant, qui êtes, et qui étiez, et qui devez venir, de ce que vous avez pris possession de votre grande puissance et de votre royauté. Les nations se sont irritées, et votre colère est venue, et le moment de juger les morts et de donner leur récompense à vos serviteurs les prophètes, et aux saints, et à ceux qui craignent votre nom, aux petits et aux grands, et d’exterminer ceux qui ont corrompu la terre. Alors le temple de Dieu s’ouvrit dans le ciel, et l’arche de son alliance fut vue dans son temple ; et il se fit des éclairs, et des voix, et un tremblement de terre, et une forte grêle.

Commentaire et rectification sur le chapitre 10.

L'ange jure qu'il n'y a plus de temps et que le mystère de Dieu est consommé : jusque récemment, je croyais que cette phrase était une preuve qu'il n'y aurait pas de règne millénaire mais à présent, je pense que je me suis trompée. C'est seulement le signe que l'humanité va rentrer dans une nouvelle période historique différente, puisque les martyrs ressusciteront et régneront pendant mille ans, après la défaite et la damnation de l'Antéchrist. Il n'y aura plus de sept églises d'Asie, les justes ressuscités qui régneront n'auront plus aucune souffrance. Il n'y a que quelques versets pour décrire cette période qui sera entièrement différente de tout ce que nous avons connu.

il faut lire intégralement les chapitres XIX à XXI pour bien comprendre le Règne millénaire décrit au chapitre XX. Voici le chapitre XX :

Et je vis descendre du ciel un ange qui avait la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. 2Il saisit le dragon, l’antique serpent, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. 3Et il le jeta dans l’abîme, qu’il ferma et scella (mit un sceau) sur lui, pour qu’il ne séduisît plus les nations jusqu’à ce que les mille ans fussent écoulés ; après cela il doit être délié pour un peu de temps. 4Et je vis des trônes, et ils (il y en eut qui) s’assirent dessus, et il leur fut donné de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient point adoré la bête, ni son image, et qui n’avaient pas pris sa marque sur leur front ni sur leurs mains ; et ils vécurent, et régnèrent avec le Christ pendant mille ans. 5Les autres morts ne revinrent pas à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent écoulés. C’est là la première résurrection. 6(Bien)Heureux et saint celui qui a part à la première résurrection. Sur eux la seconde mort n’a pas de pouvoir, mais ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et ils règneront avec lui pendant mille ans. 7Et lorsque les mille ans seront écoulés, Satan sera délié de sa prison, et il sortira, et il séduira les nations qui sont aux quatre angles (coins) de la terre, Gog et Magog, et il les assemblera pour le combat ; leur nombre est comme le sable de la mer. 8Ils montèrent sur (toute) la surface de la terre, et ils environnèrent le camp des saints, et la cité bien-aimée. 9Mais un feu, lancé par Dieu, descendit du ciel et les dévora ; et le diable qui les séduisait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où la bête (elle-même) 10et le faux prophète seront tourmentés jour et nuit dans les siècles des siècles. 11Alors je vis un grand trône blanc, et celui qui (quelqu’un) était assis dessus ; devant sa face le ciel et la terre s’enfuirent, et il ne se trouva plus de place pour eux. 12Et je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône. Et des livres furent ouverts ; on ouvrit aussi un autre livre, qui est celui de la vie ; et les morts furent jugés d’après ce qui était écrit dans ces livres, selon leurs œuvres. 13Et la mer rendit les morts qu’elle renfermait ; la mort et l’enfer rendirent aussi les morts qu’ils renfermaient, et chacun d’eux fut jugé selon ses œuvres. 14Puis l’enfer et la mort furent jetés dans l’étang de feu. C’est là la seconde mort. 15Et quiconque ne fut pas inscrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu.